Catégories
Actualités

Week-end News & Commentary — 9 août 2020

Le président Trump a publié quatre décrets samedi. Comme Bloomberg raconte, les ordonnances traitent des prestations de chômage accrues, d'un report temporaire de l'impôt sur la masse salariale pour certains travailleurs, de la protection continue contre les expulsions et de l'allégement des prêts étudiants. Les démocrates du Congrès ont critiqué les mesures comme étant insuffisantes et une menace potentielle pour la sécurité sociale. Pendant ce temps, le pouvoir constitutionnel de Trump d'agir sans le Congrès fera probablement l'objet d'une contestation judiciaire.

L’ordonnance d’assurance-chômage de Trump maintiendrait une réduction de 400 dollars par semaine. Les États fourniraient 25% de l'argent du Coronavirus Relief Fund (CRF), tandis que le gouvernement fédéral utiliserait le Fonds de secours en cas de catastrophe existant. Certains États ont déjà engagé leurs fonds du CRF à d'autres fins telles que les soins de santé, l'enseignement à distance et l'aide au logement. Alors que les dirigeants démocrates ont critiqué l'avantage de 400 $ comme étant insuffisant, certains républicains ont suggéré qu'il était trop généreux.

Le report temporaire de l'impôt sur la masse salariale serait en vigueur du 1er septembre au 31 décembre 2020. Les travailleurs seraient tenus de compenser les paiements différés après cette date. Trump a suggéré qu'il pourrait prolonger le report et mettre fin à la taxe s'il est réélu. Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden a qualifié la mesure de «feuille de route de Trump pour réduire la sécurité sociale». Dans tous les cas, le report d'impôt n'aura que peu d'effet pratique si les employeurs continuent simplement à retenir l'impôt sur la masse salariale plutôt que de risquer d'être incapables de s'acquitter de leurs propres obligations envers l'IRS.

Le président Trump envisage également une action de l'exécutif pour freiner le vote par correspondance, Politico rapports. Des groupes conservateurs ont contesté les procédures de vote par correspondance des États dans de nombreux tribunaux, invoquant le potentiel de fraude. L'opposition de Trump au vote par correspondance fait partie d'une confrontation plus large entre l'administration et le service postal américain. La capacité de Trump à interférer directement avec le service postal est limitée par la loi, tandis que tout décret visant le processus électoral serait également soumis à une contestation constitutionnelle et statutaire.

Cependant, Trump a un allié solide dans le ministre des Postes Louis DeJoy, qui a annoncé vendredi une réorganisation majeure du service postal, selon Le Washington Post. La réorganisation centralise le pouvoir autour de DeJoy et déplace les deux cadres supérieurs en charge des opérations quotidiennes. Le plan comprend également un gel de l'embauche et une réduction du nombre d'unités et de régions postales. Les précédentes mesures de réduction des coûts de DeJoy comprenaient une interdiction de faire des heures supplémentaires ou de faire des déplacements supplémentaires pour s'assurer que le courrier est livré à temps. L'USPS est dans une situation financière précaire et devrait actuellement manquer d'argent entre mars et octobre 2021. Dans le cadre d'un accord de prêt de 10 milliards de dollars, l'USPS a accepté de partager avec l'administration des contrats exclusifs pour ses dix plus grands accords de service avec expéditeurs privés.

Les États continuent de prendre de nouvelles mesures en réponse aux problèmes de sécurité au travail liés au COVID-19. Le Nevada est devenu le premier État à adopter une législation spécifique à des centaines de milliers de travailleurs de l'hôtellerie dans l'État, Le New York Times rapports. La législation exigera des contrôles quotidiens de la température, des tests et un nettoyage sur les lieux de travail des deux comtés les plus peuplés de l’État. Cependant, il accorde également aux entreprises l'immunité contre d'éventuelles poursuites judiciaires de la part de clients qui tombent malades. En prévision du retour de milliers d'étudiants sur les campus universitaires, le Michigan a annoncé une série de webinaires destinés aux bars, restaurants et autres entreprises locales. Dans le Massachusetts, le bureau du procureur général continue de faire connaître les violations sur le lieu de travail, que les journaux locaux peuvent ensuite rapporter ville par ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *