Catégories
Actualités

Un entrepreneur de Maiduguri apporte une hygiène abordable aux femmes dans le besoin

Nigéria: un entrepreneur de Maiduguri apporte une hygiène abordable aux femmes dans le besoin

Zainab (au milieu) avec deux de ses employés devant leur bureau à Maiduguri. Photo: Alyona Synenko / CICR

Lorsque Zainab Lawan Dalorima a demandé aux personnes déplacées du camp de Dalori de quelle aide elles avaient besoin, elles ont mentionné la nourriture, les abris, les seaux et les nattes de prière.

Beaucoup d'entre eux avaient été forcés d'abandonner leur maison avec à peine plus que des vêtements sur le dos, ce qui signifiait que leurs besoins étaient aigus. Malgré de nombreuses demandes, Zeinab a estimé qu'il restait encore de sérieux problèmes sous la surface.

« Ici, les femmes ne parlent jamais de menstruations. Certaines ne disent même pas à leurs parents quand elles ont leurs règles pour la première fois », explique Zainab.

Dans le camp de Dalori, elle a pris plusieurs femmes de côté pour discuter de leurs besoins spécifiques. « Certains ont refusé de répondre à mes questions », se souvient-elle dès les premières rencontres. « Je leur ai dit, je suis une femme et une mère comme vous. J'ai besoin de savoir, donc je peux vous aider. »

En 2014, Zainab traversait une période difficile de sa vie, aux prises avec la dépression causée par la mort de son mari. Elle a décidé que la meilleure façon de garder son esprit et son corps occupés et de surmonter sa propre douleur était d'aider les autres. Voyant un flux constant de personnes déplacées affluer dans les camps, elle a décidé d'aller leur parler.

Il a fallu du temps pour gagner leur confiance, mais finalement, les problèmes liés à l'hygiène et à la santé des femmes sont apparus. Les articles d'hygiène comme les serviettes hygiéniques étaient trop chers pour les personnes déplacées, qui n'avaient pas toujours assez à manger. De nombreuses femmes ont plutôt utilisé des morceaux de tissu ou de tissu. Un manque d'hygiène adéquate a entraîné des complications de santé et a affecté la vie de nombreuses familles.

Après avoir compris l'ampleur du problème, Zainab est allée au marché et a acheté un morceau de savon, un paquet de serviettes hygiéniques, un antiseptique et une lotion pour le corps. Elle a dépensé 3 $ pour les quatre articles, une somme que beaucoup de femmes ne pouvaient pas se permettre. Elle a ensuite commencé à réfléchir à la manière de faire baisser le prix.

« J'ai cherché en ligne pour voir comment fabriquer une lotion pour le corps, puis j'ai appelé un ami à Lagos qui travaille dans une entreprise de cosmétiques. »

Zainab a trouvé un producteur local à Kano et a négocié un prix favorable pour les articles qui composent son kit de dignité signature. En travaillant avec des producteurs locaux et en fabriquant sa propre lotion pour le corps, elle a réussi à réduire le prix à 2 USD pour un paquet composé de dix serviettes hygiéniques, une barre de savon, un antiseptique et une crème pour le corps.

« La première fois que j'ai fait la lotion, je me suis sentie tellement excitée – j'ai créé quelque chose! »

En 2018, Zainab a rédigé une proposition commerciale et a reçu une subvention de démarrage de 5000 $ du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et une formation commerciale de la Fondation Tony Elumelu.

« Les gens dans les endroits touchés par le conflit armé ont moins de possibilités et nous voulons changer cela. Nous avons établi un partenariat avec la Fondation Tony Elumelu pour fournir des subventions aux entreprises et une formation dans le Nord-Est et dans le Sud », explique Taimur Bashir, qui dirige des programmes de sécurité économique. pour le CICR.

Aujourd'hui, Zainab est le directeur exécutif de Zaidal Dignity Kit. L'entreprise emploie cinq personnes à plein temps et forme des volontaires dans les camps aux kits de dignité assemblés. Il compte des organisations comme le Fonds des Nations Unies pour la population parmi ses clients.

Zainab a également fondé l'initiative Zaidal Women and Girls, une organisation qui s'occupe de l'hygiène féminine et distribue des kits de dignité aux femmes déplacées.

Comme de nombreuses autres entreprises à travers le monde, l'activité de Zainab a été affectée par le déclenchement de la pandémie de COVID-19. La production du «kit dignité» a été suspendue en raison des blocages. Les matières premières locales qu'elle utilise sont devenues indisponibles et la majorité des commandes ont été interrompues. Elle a commencé à produire des masques faciaux et à les distribuer dans les camps. Aujourd'hui, elle a fabriqué une centaine de masques et prévoit d'en produire 1000 autres.

Malgré tous les défis, le rêve de Zainab de rivaliser avec des organisations multinationales comme Unilever et de mettre des produits d'hygiène abordables à la disposition de toutes les femmes au Nigeria reste vivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *