Catégories
Actualités

Syrie: alors que la crise économique pique, le manque d'accès humanitaire coûte des vies chaque jour

Syrie: alors que la crise économique pique, le manque d'accès humanitaire coûte des vies chaque jour

Harasta, Damas rural. Photo: Ammar Sabboh – CICR

Damas / Genève (CICR) – Une détérioration dramatique de la situation économique, l'impact de l'extension des sanctions, une crise COVID-19 latente et les combats en cours dans certaines parties du pays poussent des millions de personnes en Syrie vers une pauvreté et une faim plus profondes à l'occasion du dixième anniversaire de le conflit approche.

Les besoins humanitaires dans l'ensemble du pays sont déjà immenses et augmentent à un rythme qui menace de dépasser et même de submerger les capacités de réponse existantes, exacerbée par la pire crise économique depuis le début du conflit.

«Ces derniers mois ont été un cauchemar économique pour les Syriens en plus de près d'une décennie de conflit brutal et implacable. Selon une estimation prudente, des centaines de milliers de personnes nouvellement vulnérables sont poussées vers la pauvreté et la faim. Le CICR, avec le Croissant-Rouge arabe syrien, intensifiera notre aide, y compris aux groupes les plus fragiles », a déclaré Philip Spoerri, chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge à Damas, en Syrie.

Des mois de turbulences financières au Liban voisin et de l’impact de la pandémie de coronavirus et des mesures visant à enrayer sa propagation ont vu les prix grimper et la livre syrienne plonger, avec un effet domino dévastateur sur les emplois et les revenus des personnes. Près de 90% des ménages contactés par le CICR ont récemment déclaré avoir perdu leur emploi ou leurs revenus au cours des derniers mois, 70% n'ayant pas d'épargne pour se dépasser.

La crise économique se déroule sur fond de besoins humanitaires profonds dans tout le pays, y compris des lignes de front actives avec des victimes civiles quotidiennes; des dizaines de milliers de personnes détenues, portées disparues ou portées disparues; familles séparées, femmes et enfants bloqués dans les camps; des villes, des écoles et des hôpitaux dévastés et une population épuisée par des déplacements de masse répétés et une lutte constante pour sa survie.

Plus que jamais, les habitants de tout le pays ont besoin d'une aide humanitaire impartiale, fondée sur une évaluation des besoins sur le terrain et fournie de manière indépendante.

«Nous avons un besoin urgent d'un accès durable et non politisé à tous ceux qui sont impliqués dans le conflit; son absence coûte des vies chaque jour », a déclaré Fabrizio Carboni, directeur régional du CICR pour le Proche et le Moyen-Orient.

«La poche d'Idlib est un exemple de crise aiguë et continue à laquelle le CICR a besoin d'accéder pour intensifier ses actions avec nos partenaires du Mouvement. Les Syriens ne devraient pas être pris en otage par les divergences politiques et les retards meurtriers dans la livraison de l'aide vitale. » il a dit.

Comme des millions de personnes à travers la Syrie, on pense que la moitié des quatre millions de personnes estimées dans la poche d'Idlib sont déplacées, beaucoup d'entre elles le sont à plusieurs reprises au fil des ans. À l'intérieur de la Syrie, le nombre de personnes déplacées est d'au moins six millions. Des millions d'autres vivent dans les pays voisins et plus loin.

Le sort et l'avenir de ceux qui reviennent de leur déplacement sont très préoccupants. Environ 500 000 personnes de l'intérieur et de l'extérieur de la Syrie sont rentrées chez elles au cours des 12 derniers mois, affrontant d'énormes défis et dangers tels que des terres contaminées par des armes et détruisant des infrastructures pour tenter de reconstruire leur vie et leurs communautés. Ils doivent être soutenus dans le cadre d'un soutien plus large à la reconstruction durable à travers le pays.

Le sort de ceux dont les familles attendent toujours leur retour est un autre problème critique en Syrie aujourd'hui. Pour les dizaines de milliers de familles qui ont un parent disparu, la reconstruction de vies sera particulièrement difficile. Outre l'angoisse de ne pas connaître le sort et le lieu de détention de leurs proches, les familles font également face à des besoins économiques, administratifs, juridiques, psychologiques et psychosociaux supplémentaires du fait des disparitions.

Seule une réponse ferme de la communauté internationale, des parties au conflit et des groupes humanitaires peut répondre aux besoins des familles, y compris leur droit de savoir ce qui est arrivé à leur proche.

Avec le Croissant-Rouge arabe syrien et d'autres partenaires du Mouvement, le CICR intensifiera sa réponse en Syrie au cours des prochains mois, en soutenant les groupes vulnérables des pires répliques de la crise économique, ainsi qu'en maintenant et en augmentant les opérations de base vitales. Il s'agit notamment de réparer d'urgence les infrastructures hydrauliques essentielles, de distribuer de la nourriture et des repas chauds quotidiens à ceux qui en ont besoin, et de soutenir les services de santé dans les communautés et dans les camps.

Des détails sur l'action du CICR en Syrie sont disponibles dans notre mise à jour opérationnelle de juin 2020

Les dernières images et les résultats des sondages sur l'impact économique du CICR sont dans la salle de presse du CICR.

Note aux rédacteurs

1. En mai 2020, l'unité de la sécurité économique du CICR en Syrie a interrogé 125 ménages qui avaient été auparavant soutenus par le CICR, représentant 875 personnes, au sujet de l'impact économique du COVID-19. Une surveillance des prix du marché a été effectuée en mars et avril.

2. Le Comité international de la Croix-Rouge est une organisation indépendante et neutre qui assure la protection et l'assistance humanitaires aux victimes des conflits armés et autres situations de violence. Il agit en réponse aux urgences et promeut en même temps le respect du droit international humanitaire et sa mise en œuvre dans le droit national.

Pour plus d'informations:

Adnan Hezam, CICR Syrie, Whatsapp uniquement, Tél .: +963 930 336 718, ahezam@icrc.org

Sara Alzawqari, porte-parole du CICR pour le Moyen-Orient, +961 3138 353, salzawqari@icrc.org

Ruth Hetherington, porte-parole du CICR pour le Moyen-Orient, +41 79 447 3726, rhetherington@icrc.org

ou visitez notre site Web: www.icrc.org

Pour prévisualiser et télécharger les dernières séquences vidéo du CICR en qualité de diffusion, rendez-vous sur www.icrcvideonewsroom.org

Pour savoir ce que fait le CICR pour mettre fin aux attaques contre les agents de santé et les patients, rendez-vous sur www.healthcareindanger.org

Suivez le CICR sur facebook.com/icrc et twitter.com/icrc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *