Catégories
Actualités

Statut de la collecte de fonds au Royaume-Uni en 2020: principales conclusions

Hier, nos collègues de Blackbaud Europe, en partenariat avec l'Institute of Fundraising, ont lancé le très attendu rapport Status of UK Fundraising 2020. Le rapport annuel est un outil d'analyse comparative essentiel pour les organismes de bienfaisance, partageant des informations sur la performance du secteur, les tendances et les opinions des pairs. Cette année, près de 2000 personnes travaillant dans des organisations à but non lucratif à travers le Royaume-Uni ont contribué à l'enquête, fournissant l'un des rapports sur le statut de la collecte de fonds au Royaume-Uni les plus approfondis et les plus informatifs à ce jour.

Le rapport est divisé en cinq sections principales et nous avons tiré quelques points saillants qui, à notre avis, vous intéresseront particulièrement.

Impact du secteur COVID-19

Sans surprise, le COVID-19 est considéré comme le plus grand défi à surmonter – un tiers des organismes de bienfaisance ne pensent pas qu'ils survivront et 70% des répondants, quelle que soit la taille de leur organisation, ont déclaré que c'était le principal défi de collecte de fonds que le secteur des organismes de bienfaisance face au cours des trois prochaines années. Cela dit, les deux tiers maintiennent leur budget de collecte de fonds et sont convaincus que leur organisation se rétablira.

soukf-stats

État d'esprit et culture

La recherche a révélé qu'il existe trois types d'organisations avec des mentalités et des approches distinctes dans leur réponse au COVID-19.

  • Collectes de fonds numériques bien soutenues:
    Ils sont tout à fait d'accord pour dire qu'ils s'en sortent bien, qu'ils connaissent une croissance de leurs revenus l'année dernière, que leur organisation est très disposée à innover, à disposer d'outils et de compétences en matière de collecte de fonds numériques et à croire que c'est l'avenir
  • Adaptateurs:
    D'accord, ils s'en sortent bien, mais leur organisation est moins disposée à essayer de nouvelles choses et ils ne disposent pas des outils et des compétences numériques de collecte de fonds. Ils pensent également que la collecte de fonds virtuelle n'est pas pour eux.
  • Financièrement limité:
    Ce groupe de collecteurs de fonds manque de confiance dans la survie de leur organisation, ils hésitent à faire appel à des fonds, ont le sentiment que la collecte de fonds virtuelle ne leur convient pas et ne sont pas d'accord pour dire que la collecte de fonds virtuelle est l'avenir.

Cela était cohérent dans toutes les tailles d’organisations, révélant que l’état d’esprit et la culture sont plus importants que la taille et cruciaux dans la capacité d’une organisation caritative à s’adapter et à prospérer en réponse à la pandémie. De même, les raisons avancées pour réussir à accroître les revenus restent les mêmes que l'an dernier: avoir les bonnes personnes avec les bonnes compétences et être prêt à innover.

Collecte de fonds virtuelle

55% des répondants ont reconnu que l'un des principaux défis de l'année à venir sera de s'adapter à de nouvelles méthodes de collecte de fonds avec plus d'organismes de bienfaisance que jamais avant de se tourner vers la collecte de fonds virtuelle pour générer des revenus. Il semble que la pandémie ait accéléré l'adoption avec 75% des organisations essayant la collecte de fonds virtuelle pour la première fois pendant le verrouillage, et il était encourageant de voir que 64% ont déclaré que cela s'est avéré être un moyen efficace d'attirer de nouveaux partisans et 59% pensaient que c'était le cas. un moyen utile de s'engager avec leur base de supporters existante.

Plus d'un tiers (37%) ont déclaré penser que la collecte de fonds virtuelle est l'avenir de la collecte de fonds. Un répondant au sondage a déclaré:

«Nous avons en fait été surpris par la réponse positive et continuerons de nous engager de cette manière. Nos supporters appartiennent généralement à des groupes plus âgés, mais cela n'a pas limité notre engagement en ligne. »

Travailler à domicile

Avant la pandémie, près d'un quart des personnes n'avaient jamais travaillé de chez eux dans leur rôle actuel. Cependant, la majorité des personnes travaillaient à domicile pendant le confinement et malgré le changement d'environnement de travail, le moral reste élevé – 86% se sentent efficaces, 73% en profitent et 67% aimeraient continuer à travailler à domicile davantage. A l'avenir.

Lire le rapport complet

Si vous souhaitez lire les résultats complets et découvrir comment d'autres organismes de bienfaisance s'adaptent afin de générer des revenus pendant le COVID-19, ainsi que comparer les performances de votre organisation par rapport aux autres dans le secteur, alors le rapport sur l'état de la collecte de fonds au Royaume-Uni est un excellent outil gratuit que vous pouvez télécharger.

Obtenez votre propre copie du rapport complet ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *