Catégories
Actualités

Soudan du Sud: une nouvelle approche politique donne de l'espoir aux familles de milliers de Soudanais du Sud enregistrés comme disparus

Juba (CICR) – Alors que le 30 août marque la Journée internationale des disparus, des milliers de Sud-Soudanais intensifient leur recherche d'êtres chers disparus, un effort angoissant désormais reconnu par un groupe de travail gouvernemental nouvellement créé à Juba. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Soudan du Sud, en collaboration avec la Croix-Rouge du Soudan du Sud (SSRC), recherche plus de 5000 personnes enregistrées comme disparues, bien que le nombre réel de personnes disparues en raison du conflit et la violence peut ne jamais être connue.

«Chaque jour, je me demande quand mon fils reviendra à la maison», a déclaré Lucia Opong Osida, mère de cinq enfants. Elle était à la recherche de son fils unique, qui a disparu lors du conflit de 2016 dans l'État d'Équatoria oriental. « Tous les gens sont revenus de la guerre, beaucoup sont maintenant réunis avec leurs familles, alors où est mon fils? »

Lucia Opong Osida, mère de cinq enfants, est à la recherche de son fils unique, porté disparu lors du conflit de 2016 dans l'État de l'Équatoria oriental.

Les plus de 5 000 Soudanais du Sud enregistrés auprès du CICR comme portés disparus comprennent des cas ouverts au Soudan du Sud ainsi qu'au Soudan, en Ouganda, en Éthiopie, au Kenya, en République démocratique du Congo et en Égypte. Le nombre de cas est probablement un fragment de l'échelle réelle des personnes disparues dans le pays. De plus, les familles des disparus font face à des défis complexes et persistants qui sont souvent négligés.

«Lorsqu'une personne disparaît, les familles perdent non seulement un être cher, mais elles perdent également un revenu, des biens ou un héritage, ce qui les empêche de répondre aux besoins quotidiens. Ceux-ci peuvent être aggravés par le chagrin et les traumatismes qui ne font que s'aggraver à mesure qu'ils s'aggravent. plus difficile de trouver des réponses », a déclaré Cellou Mamadou Bah, coordinateur adjoint de la protection du CICR chargé de rétablir les liens familiaux au Soudan du Sud.

«Trouver une solution au problème des disparus est essentiel pour la durabilité de la paix au Soudan du Sud», a déclaré l'honorable Gatwech Peter Kulang, sous-secrétaire du ministère des Affaires humanitaires et de la gestion des catastrophes du Soudan du Sud. « Cette année, en coopération avec le CICR, le ministère a inauguré le groupe de travail technique dédié à cette question. Nous sommes convaincus que ce groupe soutiendra le processus national visant à répondre aux besoins des familles des disparus au Soudan du Sud. »

Le CICR espère qu'en disposant d'un groupe de travail technique dédié à la résolution des cas de personnes disparues dans le pays, davantage de Sud-Soudanais auront des réponses sur ce qui est arrivé à leurs proches. « Nous saluons les efforts des autorités pour répondre aux besoins complexes des familles en créant un mécanisme dédié et le cadre juridique et politique pertinent pour se concentrer sur la question des personnes disparues », a déclaré Bah.

De janvier à juin 2020, le CICR a réuni 76 personnes, dont des enfants, avec leurs familles et facilité plus de 55 000 appels téléphoniques entre des membres de la famille séparés par des conflits et d'autres situations de violence. Le CICR aide également les détenus à rester en contact avec leur famille par le biais de lettres et d'appels téléphoniques. Malgré les défis liés à la pandémie du COVID-19, le CICR a pu enregistrer plus de 577 nouveaux cas de personnes disparues cette année, afin de poursuivre la recherche des disparus.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Lucien Christen, CICR Juba, lchristen@icrc.org

Aidah Khamis Woja, CICR Juba, +211925230500

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *