Catégories
Actualités

ReWild Long Island trouve des moyens créatifs et sûrs pour Covid de servir sa communauté – en ligne et sur le terrain


Selon notre enquête de juin 2020 auprès des organisations à but non lucratif notées Star, 72% des organisations
souffert financièrement en raison de la pandémie. De plus, 54% des répondants ont
réduction des services de programme en raison de la pandémie / de la fermeture économique.
Pour surmonter cette perturbation et continuer à servir les communautés,
de nombreux organismes sans but lucratif s'adaptent et innovent.

Aujourd'hui, nous sommes honorés de partager un témoignage de première main sur ce que l'innovation et l'adaptation
ressembler à pendant la pandémie COVID-19 et la crise économique qui a suivi
depuis ReWild Long Island *.

ReWild Long Island est une véritable organisation autonome. Depuis ses origines en tant que petit groupe communautaire en 2017, il est devenu une équipe dévouée d'activistes environnementaux et de jardiniers passionnés unis autour d'une mission commune: protéger et améliorer la biodiversité, la résilience et la santé des écosystèmes régionaux en adoptant des pratiques horticoles durables axées sur plantes indigènes.

Depuis sa création, «ReWild» a transformé les espaces publics et les jardins résidentiels autour de sa base de Port Washington, dans l'État de New York, des pelouses et jardins riches en produits chimiques et en ressources à des jardins écologiques riches en plantes indigènes qui soutiennent la vie tout au long de la chaîne alimentaire, fournissant un habitat pour la faune locale, faciliter l'approvisionnement en eau et créer des oasis sûres et sans produits chimiques pour les humains et les animaux.

Et ces projets s’ajoutent à un changement radical: une refonte mouvement cela commence à se répandre; qui, espèrent ses membres, contrebalancera les dommages causés par l’utilisation généralisée de pesticides et d’engrais, qui a créé des zones mortes dans le détroit de Long Island et fait des ravages partout dans les écosystèmes. Aujourd'hui, la portée de ReWild s'étend au Canada, où les éco-jardiniers de loin se connectent pour des ateliers virtuels de compostage et plus encore.

Comme d'autres organisations, ReWild a dû faire de sérieux ajustements pour faire face aux nouvelles réalités présentées par la pandémie COVID-19. Une grande partie de ses activités avaient été orientées en personne et en groupe. Des réunions ont eu lieu à la bibliothèque locale, et des bénévoles ont réalisé et guidé des projets de réhabilitation. Ils ont également réalisé des ventes de plantes indigènes abordables, qui – en tant que source majeure de revenus pour l'organisation et moyen pour que les projets de réaménagement de la maison prennent forme – restent une fonction essentielle. Tout cela a dû être repensé.

Pas étranger à la résolution créative de problèmes, le président de ReWild, Raju Rajan, ainsi que son conseil d'administration et ses membres ont retroussé leurs manches et ont dû faire en sorte que chaque activité soit sûre. Tout d'abord, ils ont réalisé qu'une excellente organisation et coordination serait essentielle. À cette fin, ils ont migré la communication vers «le cloud» et se sont prévalus d'un logiciel de gestion du temps et des tâches en ligne. Cela a permis à chacun de garder une trace de ce qui devait être fait et de consigner les heures de bénévolat.

Les ventes des usines ont été complètement remaniées, avec un site Web de magasinage où les clients pouvaient passer des commandes, puis récupérer les plantes dans un format au volant avec des heures d'arrivée décalées. Les membres et les bénévoles ont minutieusement programmé des virages pour s'occuper du jardin de vitrine des plantes indigènes de ReWild à la ferme locale Thomas Dodge Farm. Beaucoup ont apporté leurs propres outils et un désinfectant a été fourni dans le jardin. Les réunions ont été déplacées en ligne et les ateliers virtuels ont été élargis afin que chacun puisse se connecter en toute sécurité.

L'un des programmes les plus impressionnants et les plus opportuns a été lancé cet été en partenariat avec le Jardin communautaire grandissant d'amour et Plantez une ligne pour les affamés. le Programme d'été de lutte contre la faim et le changement climatique est un programme pratique conçu pour enseigner aux élèves du secondaire comment cultiver de la nourriture et travailler avec des plantes indigènes, tout en inculquant des concepts d'écologie et de biodiversité. Les étudiants stagiaires pratiquent également le compostage, le bokashi et le recyclage, se réunissant en petits groupes à des moments décalés et utilisant avec diligence des équipements de protection. À ce jour, ils ont récolté plus de 700 livres de produits frais, qu'ils ont donnés à un garde-manger local – répondant à un besoin particulièrement urgent alors que l'insécurité alimentaire augmente à travers le pays.

Les ingrédients du succès de ReWild à traverser la pandémie ont été multiples: excellente coordination et gestion – des personnes, des tâches et du temps; la volonté d'essayer de nouvelles choses, comme les outils en ligne permettant à tout le monde de rester connecté et à jour; et enfin, la persévérance et le dévouement nécessaires pour dire: «nous trouverons un moyen de le faire fonctionner», tout en mettant la sécurité au premier plan. Ces éléments ont été le ciment de tout ensemble, car cette organisation en pleine croissance a relevé avec grâce les défis de notre temps.

Écrit par Elizabeth Skolnick, journaliste indépendante, conseillère à but non lucratif et chercheuse en environnement basée à New York.

* En tant que jeune organisation à but non lucratif, ReWild Long Island n'est pas encore éligible pour être Étoile ou Englober évalué par Charity Navigator. Cependant, nous visons à rendre le secteur sans but lucratif plus dynamique et inclusif en partageant les histoires d'organisations percutantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *