Catégories
Actualités

Répondre aux besoins critiques des communautés autochtones pendant le COVID-19 et au-delà

Dès la notification de la pandémie du COVID-19 et de son impact potentiel sur le monde entier, les nations tribales ont mis en œuvre certaines des mesures préventives les plus strictes pour protéger leurs communautés.

Les pandémies et les maladies sont bien trop connues des communautés amérindiennes. le introduction intentionnelle de la variole dans les communautés autochtones était l'une de nos premières introductions aux dangers que peuvent présenter les nouveaux virus.

Le virus COVID-19 a eu un impact disparate sur les Amérindiens. Les Indiens d'Amérique composent 12% des cas de COVID-19 dans le Dakota du Sud contre 9% pour la population des Amérindiens et des autochtones d'Alaska (AI / AN) selon le recensement américain de 2010. 18% des décès de l'État sont des AI / AN. Données du 1er mars au 27 juin montrent les Amérindiens / Amérindiens de l'Alaska hospitalisés du COVID plus que tous les autres groupes raciaux.

L'autorité souveraine des nations tribales leur accorde le droit de réglementer l'action sur leurs terres et la possibilité de mettre en œuvre des politiques pour protéger les citoyens tribaux. La tribu des Oglala Sioux et la tribu des Sioux de Cheyenne River ont toutes deux choisi d'exercer ces droits en création de points de contrôle aux frontières pour aider à dissuader les mouvements et à ralentir la propagation du COVID-19 à l'intérieur de leurs frontières tribales et constitutionnellement reconnues.

De plus, nous sommes des gens axés sur la communauté. Nous savons que ce qui impacte nos proches qui nous entourent nous affecte. La protection de nos proches affectera les sept générations qui nous succéderont. Alors que vous voyez des citoyens des États-Unis préoccupés par les mandats masqués qui portent atteinte aux droits, il est évident que l'un des groupes les moins opposés aux mesures préventives sont les communautés tribales. Je crois cela parce que nous savons trop bien à quel point l'impact de maladies comme le COVID-19 peut être néfaste et parce que nous nous soucions de ceux qui nous entourent.

Un précédent historique a rendu nos proches et nos communautés plus à risque Résultats négatifs à partir de COVID-19. Les impacts du traumatisme historique, un artefact de traumatismes vécus dans nos communautés grâce aux efforts du gouvernement fédéral pour « tuer l'Indien, sauver l'homme, » et le sous-financement chronique des soins de santé et des efforts de santé publique dans les communautés tribales ont contribué à la disparités en matière de santé dans les communautés tribales. Beaucoup de ces troubles sont associés à des taux de mortalité plus élevés chez les patients atteints de COVID-19.

La crise du logement dans le pays indien est pleinement affichée car il n'est pas rare d'avoir dix personnes ou plus vivant dans une maison sur de nombreuses réserves. Cependant, les situations de vie multigénérationnelles rendent la quarantaine ou l'isolement difficiles. Empêcher la propagation du COVID dans un ménage une fois qu'un membre de la famille est malade est tout simplement impossible.

La nature rurale de nombreuses réserves a construit une chaîne d'approvisionnement qui est en dessous de la moyenne un bon jour – ajoutez une pandémie à l'équation, et vous pouvez imaginer l'effet désastreux. Dans les zones urbaines, la pauvreté et le sans-abrisme compliquent la prise en charge et l'isolement des personnes positives au COVID. Lorsque les services essentiels tels que les programmes de traitement de la toxicomanie et de l'alcoolisme, les services de livraison de nourriture et d'autres programmes de services sociaux ont fermé leurs portes pendant la pandémie, notre communauté n'a eu que très peu ou nulle part où aller.

Notre leadership avant-gardiste a identifié des lacunes et, dans le même souffle, a identifié des solutions. Nous avons reçu une subvention pour créer l'un des tout premier centre d'opérations d'urgence tribal (COU) qui dessert 17 nations tribales et une unité de service sur une zone de 4 États. Depuis, nous servons les tribus, dispensons une formation aux interventions d'urgence, comblons les lacunes de la chaîne d'approvisionnement et accédons aux EPI essentiels, et fournissons de la nourriture et des produits de nettoyage aux familles touchées par le COVID. Subventions du Centre de philanthropie en cas de catastrophe, le CDC, et d'autres organisations soutiennent les efforts du COE liés à la pandémie et nous aident à nous préparer à la récupération du COVID-19 et à travailler pour une reprise après sinistre plus organisée et plus réactive dans les tribus de la région des grandes plaines.

Si les nations tribales, les pays indiens en général, les organisations tribales et les alliés qui se sont mobilisés pendant la pandémie n'avaient pas pris les mesures qu'ils ont prises, je prévois que ces disparités seraient beaucoup plus larges. Fournir un soutien aux nations tribales pour le renforcement des capacités en matière de gestion des urgences et de santé publique est de la plus haute importance dans notre capacité à répondre aux besoins de nos communautés et à nos proches et à les protéger. Le renforcement de l'autonomie gouvernementale et des droits souverains des nations tribales continuera de fournir une occasion de protéger notre peuple et de le restaurer pour les 7 prochaines générations à venir.

Écrit par Tamee Livermont, MPH, citoyen de la nation Oglala Lakota, est la liaison tribale pour le Great Plains Tribal Leaders Health Board (GPTLHB). GPTLHB se consacre à répondre aux besoins de santé et de bien-être des membres de la tribu qu'il représente. Répondant aux besoins de 18 tribus et communautés tribales dans la région de quatre États du Dakota du Sud, du Dakota du Nord, du Nebraska et de l'Iowa, le GPTLHB répond aux besoins de santé de ses membres en aidant à accéder aux programmes et ressources liés à la santé. Pour plus d'informations, visitez https://www.gptchb.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *