Catégories
Actualités

Nouvelles et commentaires d'aujourd'hui — 26 juin 2020

Le Département du travail a signalé 1,48 million de nouvelles demandes de chômage pour la semaine du 20 juin, révélant à quel point la pandémie continue de faire des ravages sur le marché du travail. Alors que le nombre de demandes hebdomadaires a diminué depuis le début de la crise, une récente New York Times article souligne l'incertitude, et comme un économiste l'appelle, «vrai mystère», qui entoure la compréhension des effets de COV-ID 19 sur l'emploi et le marché du travail. Par exemple, le nombre élevé hebdomadaire de demandes peut être le résultat de plusieurs facteurs, notamment l'arriéré bureaucratique et les nouvelles mises à pied dans le secteur. Pourtant, pendant ce temps, ces chiffres peuvent ne pas refléter pleinement la «douleur économique» des travailleurs.

Lundi, Mackenzie a souligné que plusieurs États ont pris des mesures pour refuser les allocations de chômage à ceux qui, invoquant des problèmes de sécurité, ont refusé de retourner au travail. Maurice Emsellem du National Employment Law Project (NELP) recommande une loi fédérale pour lutter contre cette pratique. Dans son récent éditorial, Emsellem souligne d'abord comment ces politiques affectent de manière disproportionnée les travailleurs de couleur. Il indique ensuite l'article 3304 (a) (5) (B) de la loi fédérale sur l'impôt sur le chômage (FUTA) comme un moyen de protéger et de fournir des prestations de chômage continues à ceux qui «refusent un travail dangereux» au milieu de la pandémie. Également connu sous le nom de «conditions de travail en vigueur», l'article 3304 a) 5) B) vise à garantir que, aux fins des prestations de chômage, l'obligation de retourner au travail soit limitée par le fait que «le salaire, heures, ou toute autre condition matérielle ou combinaison de conditions du travail offert est nettement moins favorable à l'individu que celles qui prévalent dans la localité pour un travail similaire. » Ces conditions «incluent des règles de santé et de sécurité».

Une récente décision du Conseil national des relations du travail a limité la mesure dans laquelle les employés peuvent s'attendre à la confidentialité sur les appareils liés au travail et dans biens personnels au travail. La question en litige était une politique de Verizon Wireless prévoyant l’employeur de la capacité de surveiller et de rechercher de tels biens. Le NLRB a constaté que Verizon n'avait pas violé l'article 7 de la loi nationale sur les relations de travail, qui accorde aux employés des droits d'organisation du travail. Au lieu de cela, le NLRB a d'abord estimé que la politique concernant les appareils liés au travail résultait du droit établi de l'employeur de «surveiller». . . émis par l’entreprise. . . pour des raisons de gestion légitimes.  » Pour les biens personnels, la NLRB n'a constaté aucune violation Boeing test, en se fondant sur la norme de «l'employé objectivement raisonnable» pour évaluer la légalité d'une règle en vertu de l'article 7. Le Conseil a fondé cette constatation sur a) l'objet prévu de la politique et b) «la perspective lointaine qu'une fouille pourrait un jour se produire».

En réponse au ralentissement économique de l'industrie du transport aérien, les syndicats d'employés des compagnies aériennes ont demandé une augmentation de 32 milliards de dollars de l'ensemble initial de la loi CARES fourni aux compagnies aériennes. Le paquet initial de 32 milliards de dollars était conçu pour maintenir la masse salariale des entreprises jusqu'à la fin septembre, mais la nouvelle demande des syndicats repousserait cette date au 31 mars 2021. Les syndicats ont déclaré que l'augmentation «est le moyen le plus simple et le plus rapide de maintenir le Congrès» engagement historique de maintenir les employés de l'aviation sur la liste de paie – dont beaucoup sont en première ligne de ce virus mortel. »

Alors même que ses magasins commencent à rouvrir, Macy’s supprimera 3 900 postes d’entreprise de sa masse salariale, soulignant les effets généralisés de la pandémie sur les emplois dans le commerce de détail et la mesure dans laquelle les postes de cols blancs ont été affectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *