Catégories
Actualités

Nouvelles et commentaires d'aujourd'hui — 10 juillet 2020

Selon le ministère du Travail, environ 1,3 million de personnes dans le pays ont déposé un dossier de chômage la semaine dernière. Dans chaque État, la fluctuation des demandes hebdomadaires a varié, les analystes essayant de surveiller les effets de l'augmentation des cas de COV-ID 19 sur le chômage. Bien qu'il y ait des preuves qu'il existe une corrélation positive entre les deux, les incohérences dans les chiffres du chômage de l'État ont rendu la tâche difficile. De plus, le nombre de réclamations ne raconte qu'une partie de l'histoire. De nombreux économistes ont noté que la pandémie et la perturbation des activités qui en résulte ont définitivement supprimé des emplois.

Sans intervention du Congrès, le 31 juillet, le Programme fédéral d'indemnisation en cas de pandémie de chômage (FPUC) expirera. Pourtant, l'abandon du programme, qui prévoit 600 $ supplémentaires en prestations de chômage, aura un impact disproportionné sur les femmes et les travailleurs des minorités, Politico rapports. L’inégalité historique des salaires et l’effet de la pandémie sur les secteurs qui comptent un grand nombre de femmes et de travailleurs appartenant à des minorités (comme les services de garde) ont laissé ces communautés dans le désespoir économique et ont besoin de l’assistance que pourraient fournir les allocations de chômage supplémentaires. La poursuite de l'aide n'est donc pas seulement un «choix politique». . . (mais) aussi un choix de politique de justice raciale. »

Au cours des derniers mois, de nombreux employés fédéraux ont travaillé à domicile pour limiter la propagation du COV-ID 19. Pourtant, alors que les États commencent à rouvrir, le Congrès a commencé à débattre du rythme approprié auquel ceux qui ont fait du télétravail. devrait retourner sur le lieu de travail. Alors que la politique actuelle laisse à l'agence le pouvoir discrétionnaire de déterminer à la fois les dates de retour et les mesures de sécurité, certains membres du Congrès estiment que ces efforts pour rouvrir à «pleine capacité de travail» sont prématurés. De plus, les employés fédéraux du télétravail ont exprimé des préoccupations en matière de sécurité concernant leur retour au bureau.

Après avoir exigé que la Walt Disney Company mette en œuvre des tests COV-ID 19 réguliers pour ses artistes de Disney World en Floride, l'Actors’s Equity Union fait face à un contrecoup. Malgré les plans initiaux, la société a maintenant exclu les membres du syndicat du récent rappel des interprètes en congé, un changement de cap qui, selon le syndicat, est une mesure de représailles pour avoir pris la parole. En réponse, l'Union a déposé un grief contre Disney, notant que la récente augmentation du nombre de cas de virus en Floride (114 000 depuis le 25 juin) rend les tests encore plus cruciaux. Pendant ce temps, Disney a répondu que parce que l'Union «a rejeté. . . (leurs) protocoles de sécurité et ne se sont pas rendus disponibles pour poursuivre les négociations. . . (ils) exercent (leur) droit d’ouvrir sans interprètes. »

Un nouveau programme pilote de la Commission pour l'égalité des chances en matière d'emploi (EEOC) a élargi la portée de la médiation dirigée par l'EEOC pour les allégations de discrimination. Selon l'EEOC, son processus de médiation offre aux employés et aux employeurs la possibilité de «concilier leurs différences» dans «un cadre neutre et confidentiel». En vertu de la nouvelle politique, la résolution par la médiation est désormais une option pour les accusations qui, une fois, ne pouvaient être résolues que par des enquêtes et des litiges. Cette décision a suscité de vives critiques de la part de la commissaire démocrate Charlotte Burrows, qui a décrit la présidente de la Commission, Janet Dhillon, comme «manquant (de) l'autorité» pour effectuer ce changement et le pilote comme «une grave injustice et une violation de la responsabilité de l'EEOC d'appliquer la loi. .  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *