Catégories
Actualités

L'utilisation malveillante de la cyber-technologie peut causer des souffrances pendant les conflits armés

L'utilisation malveillante de la cyber-technologie peut causer des souffrances pendant les conflits armés

Laetitia Courtois

Tel que prononcé par Mme Laetitia Courtois, observatrice permanente auprès des Nations Unies et chef de délégation, CICR New York

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Merci de m'avoir donné l'occasion de m'adresser au Conseil sur la cyber stabilité et la prévention des conflits. Je m'adresse à ce Conseil aujourd'hui parce que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) craint que l'utilisation malveillante de la cyber-technologie puisse perturber et causer des souffrances pendant les conflits armés.

Sur ce point, le CICR souhaite souligner trois points.

Premièrement, les cyber-opérations peuvent gravement affecter les sociétés et causer des dommages. Ils peuvent perturber le fonctionnement des infrastructures civiles essentielles et entraver la fourniture de services essentiels à la population. Les cyberattaques contre les hôpitaux, par exemple, peuvent obliger les chirurgiens à reporter les interventions urgentes, les médecins à réorienter les nouveaux patients aigus ou les hôpitaux à réduire certaines de leurs activités. Même dans la pandémie actuelle de COVID-19, les établissements de santé ont été ciblés par des cyber-opérations malveillantes, retardant, par exemple, le traitement des tests de plusieurs jours. Lorsque les services médicaux sont interrompus, la vie des gens est mise en danger. Pendant les crises sanitaires ou en période de conflit armé, ces attaques peuvent être dévastatrices.

Deuxièmement, il ne fait aucun doute que le droit international humanitaire s’applique, et donc restreint, les cyberopérations pendant les conflits armés. En effet, les États ont affirmé l'applicabilité du droit international dans le cyberespace. Si les parties à un conflit armé utilisent des cyberopérations, conformément au droit international humanitaire, elles doivent:

• ne jamais diriger de cyberattaques contre des infrastructures civiles;
• respecter et protéger les établissements de santé; et
• ne jamais utiliser les cyber-opérations pour interférer indûment avec les efforts impartiaux de fournir une assistance humanitaire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté de nombreuses résolutions appelant les belligérants à respecter ces règles fondamentales. Ces règles s'appliquent également dans le cyberespace.

Troisièmement, les nouvelles technologies ne doivent pas conduire à une escalade des conflits entre États. Les nouvelles technologies devraient contribuer aux efforts de prévention des conflits et non les entraver. La Charte des Nations Unies interdit la menace ou l'emploi de la force; il fournit des règles sur le maintien de la paix et de la sécurité. Le fait que le droit international humanitaire impose des limites à la manière dont les conflits sont menés ne légitime pas le recours à la force entre États – dans le cyberespace ou dans tout autre domaine.

Je te remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *