Catégories
Actualités

Les investisseurs à impact social appellent le gouvernement à prolonger les prêts de coronavirus pour le tiers secteur

Big Society Capital et huit autres investisseurs sociaux demandent au gouvernement de prolonger la date limite pour les organismes de bienfaisance et les entreprises sociales pour soumettre des demandes au Programme de prêt pour interruption d'activité contre le coronavirus (CBIL) au 4 novembre.

La date limite actuelle pour les candidatures au programme CBIL est le 30 septembre. Cependant, d'après les conversations entre les prêteurs sociaux et les emprunteurs dans son pipeline, Big Society Capital comprend que de nombreux organismes de bienfaisance et entreprises sociales ont retardé leurs demandes alors qu'ils postulaient d'abord aux programmes de subventions, tels que le National Lottery Community Fund.

Les investisseurs, qui incluent également Social Investment Business, Access – The Foundation for Social Investment, Big Issue Invest, Charity Bank, Resonance, Social Investment Scotland, Social and Sustainable Capital et Wales Council for Voluntary Action, affirment que, compte tenu de leur taille, la plupart ne peut entreprendre qu’une seule demande à la fois. Cela signifie que beaucoup ne connaîtront le résultat de leur demande de subvention que ce mois-ci, date à laquelle il sera trop tard pour postuler au CBILS.

De nombreux organismes de bienfaisance ont recherché des financements supplémentaires, la moitié (50%) ayant répondu à une enquête de suivi Pro Bono Economics affirmant avoir fait une demande d'aide d'urgence auprès de sources non gouvernementales et plus d'un sur trois (37%) demandant une part de les 900 millions de livres d’aide alloués au secteur par le gouvernement. Cependant, Pro Bono Economics souligne que de telles sources ne sont pas accessibles à tous et qu'un sur dix (12%) des organismes de bienfaisance disent qu'ils prévoient de cesser complètement leurs activités avant le début du mois de décembre.

Stephen Muers, PDG par intérim de Big Society Capital, a déclaré:

«L'incertitude dans l'économie et parmi les communautés qui a donné naissance à CBILS demeure. C’est un double succès pour les organismes de bienfaisance et les entreprises sociales. De manière unique, ils font face non seulement à des baisses dramatiques de leurs revenus, mais à cause de la pandémie, ils ont également vu une augmentation de la demande pour leurs services. Les recherches menées auprès des entreprises sociales ont montré qu'un quart disposent de flux de trésorerie pour permettre des opérations pendant trois mois ou moins, et un organisme de bienfaisance britannique sur dix prévoit de cesser ses activités d'ici décembre. Ce sont des temps difficiles pour les entreprises sociales.

«Nous demandons au gouvernement de prolonger la date limite de dépôt des candidatures d'un peu plus d'un mois afin que le tiers secteur puisse en bénéficier. Pour beaucoup, Covid-19 est une menace existentielle et les CBIL fourniraient une bouée de sauvetage indispensable.

«Nous devons également chercher à fournir une garantie dédiée à plus long terme, car notre récente expérience avec CBILS a démontré la valeur que cela pourrait créer pour le secteur social et le public. Nous appelons le gouvernement à explorer cette option avec nous. »

L'arrière-plan

Big Society Capital a fourni les fonds initiaux de 25 millions de livres sterling pour le Fonds de prêt pour la résilience et la relance (RRLF), qui est géré par Social Investment Business (SIB). Les prêts sont soutenus par CBILS et émis par le biais de SIB en collaboration avec des partenaires (Big Issue Invest, CAF Venturesome, Charity Bank, Resonance, Social Investment Scotland, Social and Sustainable Capital and Wales Council for Voluntary Action) pour rendre le programme plus facilement accessible aux organismes de bienfaisance et entreprises sociales. RRLF peut émettre des prêts allant de 100 000 £ à 1,5 million £. À ce jour, le RRLF a approuvé un financement d'environ 10 millions de livres sterling à 28 organismes de bienfaisance et entreprises sociales.

METTRE À JOUR

Le gouvernement a depuis annoncé qu'il prolongerait le programme CBILS pour le secteur social jusqu'à fin novembre.

Commentant le nouveau, Stephen Muers, PDG par intérim de Big Society Capital, a déclaré:

«Nous sommes ravis que la chancelière ait jeté une bouée de sauvetage aux entreprises sociales et aux organismes de bienfaisance et prolongé le programme de prêt pour interruption d'activité contre le coronavirus (CBILS) pour toutes les entreprises jusqu'à fin novembre.

«Pour de nombreux organismes de bienfaisance, Covid-19 est une menace existentielle, les frappant simultanément avec une augmentation de la demande pour leurs services et une baisse spectaculaire des dons. Les organismes de bienfaisance et les entreprises sociales luttent actuellement pour survivre et certains font face à de graves problèmes de trésorerie. Sans cette prolongation, nous aurions pu voir jusqu'à un organisme de bienfaisance sur dix cesser ses activités avant la fin de l'année.

«À court terme, cette extension offrira aux entreprises sociales et aux organismes de bienfaisance du temps supplémentaire pour obtenir les financements indispensables. Nous nous félicitons du fait que le gouvernement étudie un nouveau système de garantie de prêt. Pendant la pandémie, nous avons vu à quel point ces organisations sont d'une importance cruciale, soutenant les communautés locales et aidant certaines des plus vulnérables. Nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement pour garantir qu'il existe une garantie à long terme pour le secteur social. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *