Catégories
Actualités

Le président du CICR aborde les risques et les solutions à l'ère numérique lors de l'événement de l'AGNU sur la coopération numérique

Le programme comportait trois dialogues multipartites axés thématiquement sur la nécessité de:

  • Relier: financer la connectivité mondiale universelle d'ici 2030
  • Le respect: réaliser les droits de l'homme et l'autonomisation à l'ère numérique
  • Protégez l'ère numérique: lutter contre les cybermenaces et les méfaits en ligne des enfants

La protection des personnes dans les zones de conflit est au cœur du mandat et du travail du CICR. Le président du CICR, Peter Maurer, a donc pris la parole dans le cadre du panel «Protéger l'ère numérique». Il a souligné trois questions clés:

  • Conséquences humanitaires résultant de la diffusion de la désinformation, de la désinformation et du discours de haine
  • Cyberattaques contre les établissements de santé
  • Protection des données dans les contextes humanitaires

« Nous avons des expériences passées, du Myanmar à l'Éthiopie, en passant par la Syrie, le Yémen et le Soudan du Sud, où nous avons vu ce que la désinformation et la propagation du discours de haine peuvent signifier pour les sociétés », a déclaré M. Maurer dans son discours d'ouverture. «À quel point cela peut accentuer les conflits. À quel point cela peut-il diviser la société. À quel point cela peut-il être une attaque contre les principes humanitaires et déclencher de nouvelles violences, dans un cycle de violence». La pandémie n'a fait qu'accélérer les problèmes existants, a-t-il ajouté.

Les cyberattaques contre les établissements de santé sont également exacerbées par la crise du COVID-19. M. Maurer a cité des cas récents où des hôpitaux ou des infrastructures de soins de santé ont été gravement entravés ou empêchés de répondre à des problèmes de santé, y compris la pandémie elle-même. Et cela s'est produit dans diverses régions du monde, notamment en République tchèque, en France, en Espagne, en Thaïlande, aux États-Unis et en Afrique du Sud, a noté M. Maurer.

«C'est la question la plus élémentaire – que ces installations, infrastructures et secteurs, qui sont les plus protégés en DIH – devraient soudainement être le plus fréquemment attaqués. est inacceptable et illégale, et nous devons mobiliser et rassembler la communauté internationale pour qu'elle s'exprime », a déclaré M. Maurer, rappelant l'appel de mai 2020, signé par plus de 40 dirigeants internationaux, pour que tous les gouvernements travaillent ensemble pour mettre fin aux cyberattaques sur les soins de santé secteur.

«Nous devons nous assurer que les données ne sont pas utilisées à mauvais escient, qu'elles ne sont conservées, partagées, distribuées que selon certaines modalités acceptables pour les détenteurs de données», a déclaré M. Maurer interrogé sur les risques numériques et plus particulièrement sur la protection des enfants. Les données. « Nous avons besoin de coopération ici encore pour trouver ces protocoles sur la façon de partager des données sensibles, comment garantir les normes de protection les plus élevées des données, car nous savons que si nous ne le faisons pas, la situation du plus faible – les enfants et jeunes – se terminera par la stigmatisation, l’exclusion, la discrimination, l’abus. »

Aux côtés de M. Maurer, il y avait:

  • SM la reine Silvia, reine de Suède
  • IL. Epsy Campbell Barr, vice-président du Costa Rica
  • Brad Smith, président de Microsoft
  • Sinead Bovell, futuriste et fondateur, WAYE
  • Dr Samir Saran, président de l'Observer Research Foundation, modérateur

Les déclarations à la suite du panel incluaient S.E. Jacinda Ardern, Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, S.E. Takeda Ryota, Ministre des affaires internationales et des communications du Japon, S.E. Toomas Hendrik Ilves, ancien président de l'Estonie, Houlin Zhao, secrétaire général, Union internationale des télécommunications et Dr. Xiaodong Lee, PDG, Fuxi Institution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *