Catégories
Actualités

La probabilité de donner a augmenté avec Covid, selon une enquête

Plus de la moitié des personnes ont donné à des œuvres caritatives pendant le verrouillage, et tous les âges disent qu'ils sont plus susceptibles de faire un don maintenant qu'il y a trois mois, la génération Z et la génération Y étant les plus susceptibles, selon une nouvelle enquête.

Pouls des donateurs, d'Enthuse, est un nouveau regard trimestriel sur la façon dont les donateurs et les sympathisants se sentent à propos de la collecte de fonds et des dons, avec cette édition examinant les habitudes et les attitudes changeantes envers les organismes de bienfaisance, la collecte de fonds et les dons pendant et après le verrouillage, et en sondant 1002 membres du public britannique .

Pendant le verrouillage (avril-juin), 59% du public a fait un don à un organisme de bienfaisance, avec un peu moins d'un tiers (32%) déclarant avoir fait des dons à plusieurs organismes de bienfaisance. La génération Z (18-24 ans) était la plus généreuse avec 84% ayant fait un don pendant cette période, suivie par les 65-80 ans où plus des deux tiers avaient fait un don.

Dans l'ensemble, la probabilité de donner a augmenté de 12% dans tous les groupes d'âge, 24% du public affirmant avoir vu les organismes de bienfaisance de manière plus positive au cours des trois derniers mois. 50% des membres de la génération Z (18-24 ans) disent qu'ils sont désormais plus susceptibles de donner qu'il y a trois mois, avec 27% des milléniaux. En fait, la probabilité de donner a augmenté dans tous les groupes d'âge.

64% du public dans son ensemble déclarent également qu'ils sont susceptibles de donner dans les trois prochains mois. Les principaux facteurs expliquant cette situation étaient: davantage de personnes, d'animaux et d'organismes de bienfaisance qui souffrent (45%), un désir de soutenir des organismes de bienfaisance non soutenus par le gouvernement pendant la crise (40%) et des travailleurs clés ayant besoin d'aide (36%).

En avril-juin, un sur trois a fait des dons à des organismes de bienfaisance de santé publique, tandis qu'un peu moins d'un sur cinq a déclaré avoir fait des dons à des banques alimentaires et des organismes de bienfaisance pour les sans-abri, et un sur huit a déclaré avoir fait des dons à des causes locales. Les organismes de bienfaisance internationaux se sont moins bien comportés avec 1 personne sur 10 qui leur a fait des dons, et le rapport montre une baisse de 8% de la volonté de faire un don à des causes internationales à l'avenir.

Cependant, tout le monde ne pouvait pas se souvenir à qui il avait fait un don, 56% des 18-24 ans et 40% des 25-54 ans étant incapables de se souvenir du nom. Les 55-64 ans (67%) et les 65-80 ans (80%) ont cependant montré un fort rappel.

Commentant, Chester Mojay-Sinclare, fondateur et PDG d'Enthuse, a déclaré:

«L'incapacité d'un tiers des donateurs à se souvenir du nom de l'organisme de bienfaisance auquel ils ont fait un dernier don pose un problème important pour le tiers secteur. Avec des temps incertains à venir, les organismes de bienfaisance doivent examiner comment ils placent leur marque au premier plan et au centre de la collecte de fonds. »

Enthuse a également constaté que plus d'une personne sur 10 (12%) utilisait le verrouillage pour essayer une collecte de fonds virtuelle, et près de la moitié (47%) a déclaré qu'elle serait intéressée à en participer à l'avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *