Catégories
Actualités

La génération Z et la génération Y pourraient être les plus grands donateurs de Noël

Le soutien du public aux associations caritatives augmente tandis que les jeunes générations pourraient être les plus généreuses ce Noël en termes de dons à des œuvres caritatives, de recherche par dons, de collecte de fonds et d'événements que la plateforme Enthuse a trouvée.

La deuxième édition du rapport trimestriel Donor Pulse d’Enthuse explore l’évolution des habitudes et des attitudes à l’égard des organismes de bienfaisance, de la collecte de fonds et des dons depuis la fin du premier verrouillage, et se réjouit de Noël et au-delà.

Donner des plans

Il a révélé que les trois quarts de la génération Z (74%) et de la génération Y (76%) prévoient de faire un don à des œuvres caritatives pendant la période de Noël de cette année. Ils pourraient également être les donateurs les plus généreux de la période, la génération Y déclarant qu'elle donnerait jusqu'à 68 £ et la génération Z prévoyant de faire un don jusqu'à 59 £. Cela se compare à une moyenne de 51 £ pour le public dans son ensemble.

Cependant, malgré cela, ces groupes d'âge sont également les moins engagés à donner, selon l'étude, avec moins d'un tiers très engagé à donner. En revanche, parmi les plus de 65 ans, 40% sont très déterminés à donner et 65% au total sont susceptibles de faire un don.

La recherche montre également que depuis la fin du verrouillage initial, plus des deux tiers du public (69%) déclarent avoir fait un don. Il s'agit d'une augmentation par rapport au chiffre de 59% rapporté par les données d'Enthuse pour la première période de verrouillage. Un peu moins de la moitié (47%) des donateurs ont également donné à plusieurs organismes de bienfaisance.

Sentiment du public envers les organismes de bienfaisance

Il y a également eu une augmentation du sentiment public envers les organismes de bienfaisance, selon les recherches d'Enthuse. Au cours des trois derniers mois, près des deux cinquièmes (37%) ont dit qu'ils se sentaient plus positifs à l'égard des organismes de bienfaisance et du travail qu'ils accomplissent, contre 28% au dernier trimestre. Cela comparé à seulement 5% qui ont déclaré se sentir moins positifs à l'égard des organismes de bienfaisance. Cependant, le montant moyen par don individuel a baissé de 9% par rapport à la même période l'an dernier (juillet-octobre).

Soutien aux causes

Les types d'organismes de bienfaisance auxquels le public fait des dons évoluent également. Au cours des trois derniers mois, le soutien aux organismes de bienfaisance en santé mentale a augmenté de 15% à 25% des dons publics. Il y a également eu une augmentation du soutien aux groupes vulnérables. Le soutien aux organismes de bienfaisance pour enfants est passé de 21% à 26% et les organisations axées sur l’aide aux personnes âgées ont vu passer de 10% à 14% des dons du public. Les organismes de bienfaisance pour les animaux ont également vu une augmentation de 29% à 34%, le voyant dépasser le NHS et la santé publique en tant que premier secteur.

Don en ligne

Les dons en ligne du public ont continué d'augmenter, passant à 42% des dons contre 37% lors du premier verrouillage. L’augmentation des dons numériques des 40-54 ans a été l’un des moteurs de cette évolution.
Cependant, un tiers des gens ne se souviennent pas du nom de l'organisme de bienfaisance auquel ils ont fait un dernier don en ligne. La génération Z a eu le pire niveau de rappel, avec 42% incapables de se souvenir à quel organisme de bienfaisance ils ont fait un don.

Les raisons du mauvais rappel du nom d'organisme de bienfaisance relevaient de plusieurs domaines. Premièrement, un peu moins d’un tiers ont déclaré qu’ils faisaient les choses trop rapidement en ligne pour se souvenir du nom des organismes de bienfaisance. Deuxièmement, plus d'un tiers des personnes (34%) ne sont vraiment intéressées que par la cause, pas par l'association elle-même. Près de la moitié (46%) déclarent que leur faible mémoire de marque est due au fait que l'image de marque des organismes de bienfaisance ne se distingue pas suffisamment des autres organismes de bienfaisance ou qu'elle est submergée par la marque d'une plate-forme de don.

Commentant la recherche, Chester Mojay-Sinclare, fondateur et PDG d'Enthuse, a déclaré:

«La statistique la plus importante de ce rapport est que 37% du public voit les organismes de bienfaisance plus favorablement qu'il y a trois mois. Le Royaume-Uni est témoin du travail héroïque du secteur, ce qui renforce la confiance et le soutien. C'est ce qui conduit au nombre de personnes qui cherchent à faire un don pendant la période de Noël, car le public comprend de plus en plus l'importance du rôle que les organismes de bienfaisance joueront dans la consolidation de la société pendant cette période. Bien que le public soit très disposé à faire un don, les organismes de bienfaisance doivent être conscients des problèmes de rappel de la marque et des donateurs qui refusent les communications. »

Enthuse a interrogé un échantillon représentatif au niveau national de 1042 membres du public britannique en octobre pour le rapport, avec des données supplémentaires de sa plate-forme de juillet à octobre 2020 également incluses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *