Catégories
Actualités

COVID-19: réponse du CICR en Irak

À mesure que la crise progresse, le CICR s'efforce donc à la fois de veiller à ce que ses programmes humanitaires existants ne soient pas compromis à moyen ou à long terme et d'ajuster les réponses pour répondre aux nouveaux besoins et préoccupations liés à la santé et à d'autres. Pendant ce temps, nous recalibrons notre soutien à la Société du Croissant-Rouge irakien (IRCS), qui reste à la tête du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lorsqu'il s'agit de compléter la réponse du gouvernement aux urgences sanitaires.

Un système de santé déjà fragile sous pression pour performer

Nos équipes livrent des équipements de protection individuelle et du matériel de désinfection aux centres de soins de santé primaires de Shinafiya et Hilal dans le sud de l'Irak

Pour aider à garantir que les structures de santé soutenues par le CICR à travers le pays puissent continuer à remplir leurs fonctions vitales tout en limitant les risques d'exposition pour les patients et le personnel, nous:

  • maintiennent nos programmes normaux, qui comprennent des dons mensuels de médicaments à 18 centres de soins de santé primaires (PHCC) et à deux hôpitaux.
  • fourni à ces 18 centres de soins de santé primaires et à ces deux hôpitaux ainsi qu'à 15 centres de réadaptation physique (CRP) du savon et du désinfectant, de l'équipement de protection individuelle (comme des gants, des blouses et des lunettes de protection) et des thermomètres infrarouges sans contact.
  • organisé des séances de sensibilisation et de prévention Covid-19 pour près de 500 employés dans neuf centres de soins de santé primaires et un hôpital.
  • installé 10 points de lavage des mains dans sept PHCC à des endroits stratégiques, notamment les entrées principales; et installent 23 points de lavage des mains supplémentaires dans 12 PHCC, un hôpital et 2 CRP.

Des milliers de détenus à haut risque en cas d'épidémie dans les prisons

Nous avons soutenu 27 prisons détenant 45 000 détenus avec des articles de prévention des infections pour les aider à combattre le COVID-19. Ici, nos équipes font don d'articles à la prison de Kirkouk

Les détenus constituent une section particulièrement vulnérable de la population, en particulier dans les établissements qui peuvent être surpeuplés, avoir une mauvaise hygiène ou manquer de ventilation – et qui courent un risque grave en cas d'épidémie. Ils ont également tendance à être oubliés lors des urgences nationales. En conséquence, le CICR:

  • a fourni des orientations sur les mesures de préparation et de réponse dans le cadre de son dialogue actuel avec les autorités détentrices, en s'appuyant sur son expertise de longue date dans la gestion des maladies contagieuses dans les prisons.
  • continue de fournir un soutien à six cliniques pénitentiaires où des projets visant à améliorer les soins de santé pour les détenus sont en cours, mis en œuvre conjointement par le CICR, le ministère de la Santé et le Service correctionnel irakien.
  • pris en charge 27 lieux de détention sous la tutelle des ministères de la défense, de l'intérieur et de la justice, abritant au total 45 000 détenus, avec des dons de savon et de désinfectant, des équipements de protection individuelle (tels que des gants, des blouses et des lunettes) et des thermomètres infrarouges sans contact.
  • fait don de pulvérisateurs, de chlore nécessaire à la désinfection et de matériaux pour l'installation de points de lavage des mains positionnés dans les entrées principales et les accès aux bâtiments.

Les familles soucieuses du bien-être de leurs proches

Un collègue du CICR à Bassora transmet des messages aux familles des détenus lors de la pandémie de COVID-19

À la suite de la suspension des visites des familles dans tous les lieux de détention en Irak, les équipes du CICR informent et rassurent par téléphone les familles des détenus à travers l'Irak des mesures de précaution prises par les autorités détentrices.

Nous avons également fait don de crédits téléphoniques à des patients isolés en raison de Covid-19 et au personnel de santé qui s'occupe d'eux, pour les aider à rester en contact avec leurs proches.

Manque d'eau potable pour les communautés déplacées et les rapatriés

Un patient se lave les mains à un évier équipé d'un réservoir d'eau installé par le CICR à l'entrée d'un centre de soins de santé primaires à Khaniqin

Dans le cadre de sa réponse humanitaire, le CICR travaille donc sur l'amélioration de l'accès à l'eau potable pour les ménages et les moyens de subsistance, et a déjà réhabilité trois systèmes d'approvisionnement en eau desservant près de 19 000 personnes cette année. Nous sommes également en train de moderniser deux systèmes supplémentaires d'approvisionnement en eau desservant 20 000 personnes. Cela garantira un environnement sanitaire amélioré et contribuera à accroître la résilience de cette population face à l'épidémie actuelle de Covid-19.

Contribution aux efforts de sensibilisation et de prévention de l'IRCS

Depuis le début de l'épidémie, le personnel et les bénévoles de l'IRCS ont organisé des séances de sensibilisation régulières et encouragé l'adoption de mesures préventives à travers le pays, y compris pour les communautés vulnérables déplacées. Des messages clés de prévention ont été diffusés à la population grâce à la distribution de brochures et d'affiches de sensibilisation et à l'utilisation de haut-parleurs. L'IRCS entend également soutenir les familles vulnérables touchées par le couvre-feu prolongé avec des kits de nourriture et d'hygiène.

Le CICR participe au comité de crise de l'IRCS et apporte une contribution technique au plan de réponse de Covid-19. Il a également réorienté les fonds du programme prévu pour 2020 afin d'aider l'IRCS dans sa réponse Covid-19, en coordination avec d'autres partenaires du mouvement. En outre, le CICR a soutenu la conception de la stratégie de sensibilisation des médias sociaux de l'IRCS, ainsi que la formulation du contenu correspondant et la création de matériel visuel, tout en réaffectant les fonds nécessaires à l'impression et à d'autres coûts.

En regardant vers l'avenir: les moyens de subsistance en jeu

À plus long terme, les limitations de mouvement et les autres mesures mises en œuvre pour contenir l'épidémie auront probablement des répercussions économiques importantes – et plus encore pour les personnes ayant des vulnérabilités préexistantes, telles que les ménages dirigés par des femmes, les handicapés, les PDI et les rapatriés récents, qui le CICR donne la priorité à ses programmes traditionnels de sécurité économique. Le CICR prévoit donc d'intensifier son assistance aux bénéficiaires précédemment soutenus pour cultiver leurs terres ou créer de petites entreprises, afin qu'ils puissent conforter leurs projets. Il évalue également les possibilités d'assistance supplémentaire à d'autres populations vulnérables aidées par le passé et ne bénéficiant pas du soutien du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *