Catégories
Actualités

Comment l'entreprise fromagère de Maryam aide sa famille

Je suis passée d'une personne recevant de l'aide à quelqu'un qui a commencé à soutenir sa famille et à aider ses voisins aussi.

—Maryam

La guerre en Syrie a commencé il y a neuf ans et a fait des centaines de milliers de morts, tandis que des millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays même. Récemment, l'épidémie de Covid-19 a aggravé le sort de la population civile, le verrouillage mis en place pour enrayer sa propagation et le ralentissement économique aggravant encore leur sort. Lorsque ceux-ci s'ajoutent à l'insécurité qui prévaut, de nombreux réfugiés n'ont tout simplement pas pu rentrer et ont dû être soutenus par des agences humanitaires dans leur emplacement actuel.

* Maryam (ce n'est pas son vrai nom), est l'un des milliers de réfugiés syriens vivant en Jordanie. Craignant pour sa vie et sa sécurité, elle a pris la décision difficile de fuir son pays bien-aimé un an seulement après le début du conflit. Il n'est donc pas surprenant qu'elle arrive en Jordanie dans un état de détresse émotionnelle. Selon ses propres mots, «à l'époque, j'étais célibataire, je faisais face à des pressions psychologiques et je m'inquiétais de la façon dont je gérerai ma vie.»

Malgré sa chaleur et sa convivialité, la Jordanie était un pays qu'elle ne connaissait pas et le fait qu'elle ait laissé de nombreux êtres chers chez elle en Syrie ne lui a pas facilité son installation. Lorsqu'elle a finalement réussi à reprendre une partie de sa vie, l'ambition de Maryam était de travailler sur son propre projet et de générer un revenu pour se maintenir, plutôt que de recevoir une aide continue des organisations internationales. Cependant, elle n'avait pas assez d'argent pour démarrer une telle entreprise. Elle a par la suite entendu parler du programme d'Initiative micro-économique (MEI) du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et a envisagé de postuler.

À ce moment-là, Maryam s'était mariée. «J'ai suggéré à mon mari de demander le soutien du CICR dans le cadre du programme MEI et il m'a donné son approbation. J'ai donc postulé en 2014 et le CICR a approuvé ma demande. J'ai reçu une aide financière suffisante pour démarrer ma propre petite entreprise d'élevage de moutons et de fabrication de produits laitiers tels que le lait et le fromage de brebis.

Le choix de l’entreprise de Maryam a été bien pensé. Le fromage blanc qu'elle produit est très populaire en Jordanie et considéré comme l'un des meilleurs types. Il est souvent frais et possède de nombreuses propriétés pour la santé, notamment en étant une riche source de calcium. Tout aussi important est le fait que le fromage blanc peut être facilement fabriqué à la maison, aidant ainsi ceux qui choisissent de le produire à générer des revenus.

Six ans plus tard (depuis sa première demande), Maryam a maintenant une histoire différente à raconter. «J'ai commencé à sentir que ma vie s'améliorait et j'ai commencé à voir les choses d'un point de vue positif. Je suis passée d'une personne recevant de l'aide à quelqu'un qui a commencé à soutenir sa famille et à aider ses voisins aussi. « 

Maryam a maintenant deux enfants. Avec son mari, ils vivent tous dans le gouvernorat de Mafraq, en Jordanie, où elle dirige également sa micro entreprise.

*Son vrai nom a été changé pour cacher son identité et assurer sa sécurité. Pour ces raisons également, sa photographie n'a pas été utilisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *